Réserver du Clos de Tsampéhro Blanc

Le Clos de Tsampéhro Blanc VI est épuisé. Nous vous proposons donc de réserver l’édition VII en primeurs. 

L’assemblage

 

Le Tsampéhro Blanc scelle l’union de deux cépages emblématiques du Valais: la Rèze, véritable rareté du vignoble, et l’Heida, digne héritière des grands vins jaunes du Jura français. A la fois racé et équilibré, le Tsampéhro Blanc se profile comme un vin clairement aromatique: combinaison singulière de notes exotiques et épicées, à la fragrance légèrement résineuse, épousant idéalement son élevage sous bois. Sa trame nerveuse le rend parfaitement apte à se bonifier avec le passage des années et sa vocation de grand vin blanc de gastronomie n’empêchera de l’apprécier en toutes circonstances.

L’Heida offre toute sa richesse aromatique, son corps et une fraicheur de soutien indispensable à l’équilibre de l’assemblage. La Rèze, par son acidité naturelle et ses caractéristiques sèveuses, agit en véritable colonne vertébrale du vin.

 

La conception de notre vin

 

Pressurage en grappes entières. Un débourbage soigné mais léger associé à une bonne gestion des températures de fermentation (18°C à 20°C) permettent l’obtention de vins expressifs et équilibrés. La fermentation alcoolique se fait intégralement en barriques et la fermentation malo-lactique ne se déclenche pas dû aux températures fraîches du chai et aux pH naturellement bas. Un bâtonnage échelonné et modéré par rotation des barriques durant l’élevage (durée de 15 à 18 mois) participe à la recherche de gras et du potentiel de garde. Le chai étant entièrement équipé de supports rotatifs, les élevages sur lies seront optimisés par une rotation régulière des fûts conduisant à une bonne homogénéisation des matières, sans oxydation violente.

 

Potentiel de garde

 

Le Tsampéhro Blanc se gardera au-delà des 10 ans, bénéficiant du potentiel naturel de longévité des vins blancs valaisans et de la maturation de l’élevage sous bois. Son acidité ciselée lui permet de se conserver et bonifier avec les années. 

 

 Le passeport de nos cépages 

– Le Savagnin Blanc | Heïda –

 

Surface cultivée 

165 hectares en Valais uniquement ce qui représente 0.87% du vignoble suisse. (Source: Swiss Wine, 2019)

Il y a en 1’250 m2 au Clos de Tsampéhro.

Son histoire

Originaire du Jura français, il est aussi dénommé Heïda, Païen ou Traminer. Le synonyme de « Païen » apparait vers 1812 et traduit le mot haut-valaisan « Heida » qui signifie « vieux, ancien ». C’est un cépage robuste donnant des vins complexes, puissants et vifs, aux arômes d’ananas, de fruits exotiques, de fruits secs et d’épices. Sa vigueur est plutôt faible pour une maturité de 1ère à 2ème époque.

L’info du Dr. José Vouillamoz:  « Le Savagnin Blanc est un très vieux cépage, connu aussi sous le nom de Traminer, qui a engendré de nombreux enfants naturels, comme le Sylvaner (Johannisberg en Valais), le Chenin Blanc, le Sauvignon Blanc, le Grüner Veltliner, etc. En Suisse, il est mentionné pour la première fois en 1586 dans le Haut-Valais. »

– Rèze –

Surface cultivée 

3 hectares en Valais uniquement ce qui représente 0.01% du vignoble suisse. (Source: Swiss Wine, 2019)

Il y a en 1’250 m2 au Clos de Tsampéhro.

Son histoire

Un des plus anciens cépages connus en Valais : la surface cultivée y dépassait les 400 ha avant le phylloxéra. Traditionnellement vinifié en fûts de mélèze au cours des siècles passés, on le retrouve, sous une forme oxydative originale, dans l’élaboration du fameux vin des glaciers.  Grâce aux techniques modernes de vinification et à des rendements mieux maitrisés, ce cépage rustique donne aujourd’hui des vins vifs, aux arômes résineux et sèveux, de fruits secs et de noisette qui conviennent particulièrement à un élevage en barrique. Sa vigueur est plutôt moyenne mais irrégulière, pour une maturité de 2ème époque.

L’info du Dr. José Vouillamoz:  « Originaire du Valais (Suisse), la Rèze fait partie des plus vieux cépages des Alpes. Déjà mentionné en Valais en 1313, son nom viendrait du nom de famille Regis, très répandu au Moyen Age en Valais, plutôt que d’un hypothétique Raetica des auteurs de l’époque romaine. » 

Les archives de nos fiches techniques